Archives par mot-clé : Erosion

La hausse du niveau de la mer accélère-t-elle l’érosion des côtes? (3/3)

by Prof. Y. Battiau, 30 août 2019 in ScienceClimat Energie


 

6. Conclusion

A la question initiale qui avait été posée – “la hausse du niveau de la mer accélère-t-elle l’érosion des côtes?”- on peut répondre qu’elle ne joue qu’un rôle mineur, comparé à celui des tempêtes. Dans l’état actuel des recherches, on peut dire aussi que le réchauffement climatique n’augmente pas la fréquence et l’intensité des tempêtes. Tout cela va à l’encontre de ce que l’on entend habituellement dans les médias, mais le scientifique a le devoir de rétablir la réalité des faits.

Pourtant, on ne peut nier que les risques littoraux s’aggravent dans beaucoup de régions et que leur gestion est de plus en plus coûteuse. Mais la plupart du temps, cette aggravation résulte de facteurs anthropiques. Alors que les hommes ont longtemps évité la proximité immédiate du littoral, ils ont depuis plus de 150 ans, entrepris d’installer habitations, infrastructures et complexes industriels le plus près possible de la côte. Face à cette vulnérabilité accrue, il a fallu ensuite “défendre contre la mer” tous ces biens, une stratégie qui n’a fait que renforcer ou déplacer l’érosion marine. La seule façon de prévenir efficacement les risques littoraux est de travailler avec les processus naturels et surtout de respecter la ressource sédimentaire du système côtier, en évitant d’entraver la mobilité naturelle du trait de côte. Mais ce serait là l’objet d’un autre article…

La hausse du niveau de la mer accélère-t-elle l’érosion des côtes? (1/3)

by Y. Battiau-Queney, 15 août 2019 in ScienceClimatEnergie


Il est courant de lire et d’entendre que la hausse du niveau de la mer, l’une des conséquences les plus manifestes du réchauffement climatique, va accélérer l’érosion de nos côtes, menacer de submersion marine de vastes zones littorales urbanisées et faire disparaître nombre d’îles basses habitées. Ces craintes sont-elles justifiées? Comme un consensus ne vaut pas vérité scientifique, on va essayer de démêler le vrai du faux en partant de l’état des connaissances scientifiques sur la hausse du niveau de la mer et analyser ses effets possibles sur les processus d’érosion des côtes.

 

1/ Que sait-on de la hausse du niveau de la mer ?

1.1. État des connaissances sur les variations passées et présentes du niveau de la mer à l’échelle mondiale

Une bonne synthèse récente sur les causes et l’ampleur de la hausse du niveau de la mer se trouve dans Cazenave et Le Cozannet (2014). On y trouvera une très abondante bibliographie antérieure à 2013. Les méthodes utilisées par les scientifiques pour évaluer la tendance moyenne de l’élévation du niveau de la mer dépendent de la période considérée. A l’échelle du Pléistocène (1 800 000 ans) et de l’Holocène (10 000 ans) on dispose d’archives sédimentologiques (repérage d’anciennes plages “soulevées”, analyse de niveaux tourbeux recouverts de sédiments marins, stratigraphie et datation de récifs coralliens …) et de données archéologiques, particulièrement riches sur les côtes méditerranéennes. On sait qu’à plusieurs reprises, pendant les phases interglaciaires du Pléistocène, le niveau de la mer a été supérieur à l’actuel de 5 à 10 m au moins (Planton et al., 2015). À partir du milieu du 19ème siècle, on utilise les données souvent précises des marégraphes installés principalement dans les ports de l’hémisphère nord. Elles fournissent les altitudes relatives du niveau de la mer par rapport aux terres émergées. Depuis 1993, les données satellitaires fournissent des altitudes absolues du niveau de la mer par rapport à l’ellipsoïde terrestre de référence et permettent d’avoir une vision beaucoup plus globale des variations du niveau des océans à toutes les latitudes et longitudes.

Tableau 1 : variations du niveau de la mer indiquées par les marégraphes (sources: SONEL et GLOSS; Wöppelmann et al., 2014 pour Marseille) (ND= non documenté). Les données dans les colonnes sont exprimées en mm/an.

The State of the World’s Beaches

by Arjen Luijendijk et al., April, 27, 2018 in Nature (Open Access)


Coastal zones constitute one of the most heavily populated and developed land zones in the world. Despite the utility and economic benefits that coasts provide, there is no reliable global-scale assessment of historical shoreline change trends. Here, via the use of freely available optical satellite images captured since 1984, in conjunction with sophisticated image interrogation and analysis methods, we present a global-scale assessment of the occurrence of sandy beaches and rates of shoreline change therein. Applying pixel-based supervised classification, we found that 31% of the world’s ice-free shoreline are sandy. The application of an automated shoreline detection method to the sandy shorelines thus identified resulted in a global dataset of shoreline change rates for the 33 year period 1984–2016. Analysis of the satellite derived shoreline data indicates that 24% of the world’s sandy beaches are eroding at rates exceeding 0.5 m/yr, while 28% are accreting and 48% are stable. The majority of the sandy shorelines in marine protected areas are eroding, raising cause for serious concern.