Archives par mot-clé : Fake News

WH’S “POLAR BEAR VIEWING SEASON” ENDS EARLY FOR THE THIRD YEAR IN A ROW BECAUSE OF TOO MUCH ICE!

by Cap Allon, November 19, 2019 in Electroverse


2019 is now the third year in a row in which the refreezing of Western Hudson Bay (WH) ice has come earlier than the 1980s average date of November 16, as reported by polarbearscience.com.

Livecams over at explore.org have confirmed a key indicator that the ice is back — the polar bears of WH have begun their winter trek back onto the bay.

The redeveloping sea ice may be good news for the bears, but it’s bad for tourists — after a short five months with the Sailors of the Floe on land, their departure now means the ‘polar bear viewing season’ in Churchill, Manitoba, is ending early, just as it did last year, and the year before. In fact, on the back of what have been five good sea ice seasons in succession for WH polar bears, this year’s repeat of an early freeze-up means a sixth good ice season is now likely for 2019-2020 — less kerching for the region.

Réchauffement des océans, Tchernobyl, cancer et pesticides, liste bio, QI mondial… une semaine de fake news scientifiques

by J.P. Oury, 11 octobre 2019 in EuropeanScientist


Si le sujet « vérité et connaissance scientifique » est un pilier de la philosophie classique et de l’épistémologie contemporaine, il se pourrait bien que, dans une ère de post-vérité, ce thème soit progressivement remplacé par celui de la chasse aux « fausses informations ». Pour le dire autrement, ce qui compte, ce n’est plus la quête d’un sens métaphysique ou une recherche de cohérence logique, mais qu’un énoncé tienne le plus longtemps possible à la Une de l’actualité avant d’être remis en cause.

En affirmant ceci notre objectif n’est pas de donner un blanc seing au relativisme ou d’abandonner la méthode scientifique, bien au contraire. Il s’agit de réfléchir sur la possibilité de redonner à celle-ci  sa superbe ; d’autant plus qu’elle n’est plus simplement une affaire de scientifiques : les médias, les politiques, les ONG et l’opinion s’emparent immédiatement de la moindre expérience rendue publique et se trouvent engagés de manière quasi instantanée dans le processus de « vérification » qui passe d’abord souvent par l’acceptation. Ce qui montre la nécessité d’éduquer l’opinion pour lui apprendre à détecter les différentes typologies d’erreurs scientifiques. Voici donc une petite grille de lecture que nous avons établie en classant cinq grandes typologies d’informations scientifiques qui se sont révélées fausses…

 

Rétractation d’un article sur le réchauffement des océans : l’erreur scientifique

 

Amazonie : fake news, désinformation, manipulation !

by Jo Moreau, 26 août 2019 in Contrepoints


L’ avalanche d’articles, de photos et d’avis de personnalités de tous horizons sur les incendies qui ravagent l’Amazonie constitue une illustration parfaite du sale boulot de manipulation de l’opinion publique exercée par les médias, et porteur de l’amalgame trompeur diffusé jour après jour entre protection de l’environnement et réchauffement climatique.

La première chose qui a attiré mon attention est le rapport fait entre le nombre d’incendies constatés en 2019, avec la situation en… 2018. Il est à peine croyable qu’une comparaison aussi peu significative sur le plan statistique et trompeuse sur le plan historique ait été diffusée sans aucune réserve par tous les médias mondiaux, mais serve de surcroît les intérêts d’hommes et de femmes politiques, à commencer par le leader auto-proclamé de l’Union Européenne et porte-drapeau mondial de l’écologisme, j’ai nommé le président Macron.

Illustré par une photo « détournée », son récent tweet sur le sujet résume parfaitement l’amalgame entretenu par les sauveurs de la planète sur base de fake news :

« Notre maison brûle. Littéralement. L’Amazonie, le poumon de notre planète qui produit 20 % de notre oxygène, est en feu. C’est une crise internationale. Membres du G7, rendez-vous dans deux jours pour parler de cette urgence. »

Alors, soit le président Macron est mal informé, soit il suit aveuglément les avis très orientés d’ONG n’ayant aucune légitimité scientifique ou démocratique. Le problème est que la majorité de ceux qui nous gouvernent a une démarche identique.

Mais reprenons les choses dans l’ordre.

FAKE NEWS

Je place sous ce titre l’emploi par les médias ou sur les réseaux sociaux de photos parfois anciennes, non pas « fausses », mais tout à fait étrangères avec la situation actuelle en Amazonie.

Il s’agit d’une tactique souvent employée, destinée à émouvoir le public et l’orienter dans le sens voulu. Le choix des photos qui illustrent un article a une grande importance. Ainsi, les photos de dirigeants politiquement incorrects montrent souvent des visages grimaçants ou dans des poses peu avantageuses, tandis que les dirigeants idéologiquement corrects (aux yeux des médias) nous sont montrés souriants et sympathiques.

Mais l’emploi massif de ces photos « détournées » était tellement flagrant qu’après les avoir abondamment publiées, l’ensemble de la presse émit dans un deuxième temps des réserves prudentes quant à leur origine, ce qui lui permit accessoirement de se draper dans une démonstration émouvante d’objectivité.

DÉSINFORMATION

Voir aussi ici
(Une Amazonie bien commode pour la politique idiote de Macron)

Netflix Series ‘Our Planet’ Accused Of Fake Climate Change Claims

by Graham Lloyd, April 10, 2019 in ClimateChangeDispatch


Netflix’s acclaimed Our Planet series has come under fire for “tragedy porn” over images of walruses falling to their deaths from cliff tops, allegedly because of climate change.

The Our Planet footage, narrated by David Attenborough, showed dozens of the animals climbing up 80-meter-high outcrops in northeast Russia because of a lack of sea ice.

They were shown plunging onto the rocks below, with hundreds of dead animals piled on the shoreline. A voice-over by Attenborough claimed their poor eyesight made it hard for them to return safely to the ocean.

But a Canadian zoologist has dismissed the claims as “contrived nonsense” and said the walruses were most likely driven over the cliffs by polar bears.

Susan Crockford, of the University of Victoria in British Columbia, Canada, told The Telegraph UK: “This powerful story is fiction and emotional manipulation at its worst.”

The polar bear expert said that at the time the footage was shot in 2017 at Kozhevnikova Cape, Ryrkaypiy, in eastern Russia, the town was being besieged by polar bears.

According to The Siberian Times, 20 bears had surrounded the town, attracted by 5,000 walruses that had appeared at a local protection zone.