Archives par mot-clé : Fun?/Discussion

Plateau de températures : le point sur la nouvelle controverse K15

Benoît Rittaud, 9 février 2017, Université Paris-13


La nouvelle affaire sur le front du climat prend de l’ampleur. Puisqu’il ne faut certainement pas compter sur un compte-rendu loyal par les grands médias français, voici ce qui, je crois, peut en être dit quatre jours après son déclenchement. L’affaire étant susceptible d’avoir des retentissements importants, j’ai choisi de faire un point complet, qui reprend tout depuis le début.

Climate scientists versus climate data

by John Bates,  February 4, 2017
from Judith Curry (blog)
and Benoît Rittaud (blog)

The most serious example of a climate scientist not archiving or documenting a critical climate dataset was the study of Tom Karl et al. 2015 (hereafter referred to as the Karl study or K15), purporting to show no ‘hiatus’ in global warming in the 2000s (Federal scientists say there never was any global warming “pause”). The study drew criticism from other climate scientists, who disagreed with K15’s conclusion about the ‘hiatus.’ (Making sense of the early-2000s warming slowdown)

La contribution du gaz naturel dans le mix énergétique augmente dans tous les scénarios

M.J. Nadeau, Conseil mondial de l’énergie, 2016-2017

Réunis au congrès triennal du Conseil mondial de l’énergie (CME) à Istanbul en octobre 2016, les leaders du secteur de l’énergie ont tous témoigné de l’importance des bouleversements auxquels l’industrie est confrontée. Pour nous aider à comprendre les phénomènes qui prévalent et leurs  impacts sur le secteur, le CME a publié fin 2016 son dernier rapport sur les scénarios énergétiques mondiaux(1). Ce rapport explore trois scénarios possibles à l’horizon 2060 et fournit aux experts un cadre de réflexion utile.

Climat, politique et idéologie

par le Prof. Istvan Marko (UCL), 24 janvier 2017


Idéalement, un journaliste recevant une information vérifie le bien-fondé de sa source, se renseigne abondamment sur les diverses facettes du problème, consulte plusieurs spécialistes afin d’obtenir diverses opinions et, finalement, présente l’information au public sans parti-pris dans le plus pur respect de l’intégrité journalistique. Aujourd’hui, hélas, les informations sont souvent partisanes et reflètent l’idéologie dominante de certains médias et de leurs employés. L’information devient ainsi propagande.

See also : New York Times ‘Our Readers Are Too Dumb To Understand Global Warming Numbers’

Quelles énergies dans le monde pour 2050?

Alain Fuch, Président du CNRS, Janvier 2017


La crainte d’une pénurie de ressources fossiles s’est considérablement éloignée aujourd’hui avec la découverte récente de nouveaux gisements de pétrole et de gaz. Avec des énergies fossiles très bon marché, une volonté politique forte et coordonnée des États est indispensable pour accélérer la transformation de notre bouquet énergétique et de nos modes de consommation et ainsi limiter les émissions anthropiques de gaz à effet de serre (GES) qui contribuent au réchauffement climatique.

….

Tenter ne serait-ce que d’esquisser l’évolution du mix énergétique mondial jusqu’à l’horizon 2050 est un exercice particulièrement périlleux pour un scientifique tant le nombre de facteurs peu ou pas maîtrisables est important. Les incertitudes sont d’autant plus grandes que l’objectif en termes de réduction d’émissions est ambitieux et lointain. Au cours des 25 dernières années, en dépit de l’accroissement de la consommation d’énergie primaire (de 9 à 14 Gtep environ) le mix énergétique mondial a très peu évolué avec une part des énergies fossiles qui est restée voisine de 80%, dans la consommation primaire, contre seulement 14% pour les énergies renouvelables et 5 à 6% pour le nucléaire.

Les Erreurs de Mesure et de Consolidation Associées aux Mesures de Température et leurs Proxies

Prof. (émer.) Dr. Ir. Henri A. Masson, Décembre 2016


Le contexte  

Depuis plusieurs décennies maintenant, un débat intense a lieu autour de ce qu’il convient d’appeler la « controverse climatique » : les émissions de gaz à effet de serre anthropiques ont-elles une influence significative sur le « réchauffement-changement-dérèglement » climatique ? Cette controverse secoue le petit monde scientifique de la climatologie, chacune des parties affublant, au passage, l’autre d’épithètes injurieux, les « réchauffistes-alarmistes » s’opposant aux « charlatans-climato-sceptiques-négationnistes ».

La querelle serait anecdotique, si le monde politique ne s’était emparé du sujet et n’avait décidé, dans la précipitation (et souvent suite à un lobbying intense des partis écologiques monnayant ainsi leur participation à un gouvernement de coalition) d’imposer diverses « taxes carbone » et autres « outils de marché », permettant ainsi de distribuer de généreux subsides aux installations d’énergies dites renouvelables, ainsi qu’aux recherches visant à démontrer l’existence d’un effet de serre (anthropique) significatif dans l’atmosphère et de « prédire –projeter » son importance sur le siècle à venir. Sans oublier les contributions énormes promises par les pays développés à un « Fond Vert », censé les distribuer généreusement aux pays en voie de développement, officiellement pour leur permettre de contribuer à « sauver la planète », mais, en réalité, au nom d’une certaine compensation du « pillage colonial des ressources naturelles » commis par ces pays développés, au cours des siècles précédents.

Tout cela a évidemment un prix pour le citoyen lambda des pays développés : taxes supplémentaires, augmentation de la facture énergétique et des frais de transport, diversion d’une partie du budget de l’Etat, au détriment d’autres fonctions qui pourraient s’avérer plus urgentes et importantes. Ces mesures s’avèrent aussi profondément anti-sociales car elles affectent plus lourdement les ménages aux revenus les plus modestes, pour lesquels la facture énergétique et les frais de transport représentent une part plus importante de leur budget. Certains ménages se trouvent ainsi réduits à choisir entre ne pas chauffer leur habitation ou devoir rogner sur les budgets de nourriture et de soins. A l’usage, il est aussi apparu difficile de rationaliser-quantifier-comparer ces mesures en faisant usage d’un critère de « coût social du carbone », les méthodes d’analyse par coûts-bénéfices qui sous-tendent cette approche donnant des résultats aussi divergents que contestables.

Enfin, par nature, la plupart des énergies dites renouvelables (éolien, solaire, hydraulique) sont intermittentes et, si elles contribuent significativement au « mix énergétique », elles doivent donc impérativement être doublées par des unités d’appoint (nucléaires ou utilisant des combustibles fossiles), afin d’éviter des « black-outs » qui sans cela seraient inévitables. Ces unités d’appoint voient leur rentabilité affectée, car elles tournent forcément elles-mêmes de façon intermittente, étant utilisées uniquement pour compenser les carences des énergies renouvelables, alors qu’elles, elles pourraient parfaitement fonctionner en continu. Il faut encore tenir compte des nombreuses lignes électriques à tirer et des transformateurs à installer pour connecter au réseau les installations d’énergie renouvelable, dispersées et de puissance individuelle négligeable par rapport à la puissance d’une centrale conventionnelle. Il faut enfin tenir compte de la complexité de gestion d’un réseau sur lequel viennent se connecter un grand nombre de sources électriques intermittentes et relativement imprédictibles même à court terme. Tout cela fait littéralement « exploser » le coût de l’électricité.

Les bonnes questions à se poser

Certaines questions relatives à la controverse climatique ont trouvé un large écho dans les médias et ont déjà été largement débattues, dans la littérature (éventuellement ‘peer reviewed’) et sur des blogs spécialisés (sans qu’un réel consensus n’ait été trouvé entre les parties, jusqu’à présent) :

  • Comment démontrer l’existence d’un effet de serre (anthropique) au sein de l’atmosphère ?
  • Quelles seraient les conséquences pour le climat, mais aussi pour la biodiversité, les activités humaines, le niveau de la mer, les évènements climatiques extrêmes, etc., d’un doublement de la concentration de CO2 dans l’atmosphère ?
  • L’implantation massive d’énergies renouvelables va-t-elle contribuer significativement à une réduction de la concentration des gaz à effet de serre dans l’atmosphère, et à quel coût ?

D’autres questions sont tellement complexes qu’elles n’ont pas encore reçu de réponse convaincante, à ce jour (« the science is NOT settled »)

  • Comment démontrer l’existence du lien de causalité liant les émissions de CO2 (anthropiques) à un éventuel réchauffement climatique ? Comment définir le sens de ce lien de causalité ? Ce lien est-il linéaire et instantané ou le système possède-t-il une « mémoire », le faisant réagir avec un certain retard. Enfin et surtout, entre les concentrations atmosphériques de CO2 et la température, quelle est la cause et quel est l’effet ?
  • Quel sont exactement les flux de CO2 et d’énergie, au sein du système extrêmement complexe que constitue l’ensemble « atmosphère-océan-terre » sur lequel viennent se greffer des systèmes tout aussi complexes de biosphère, géophysique (géothermie, volcans, tremblements de terre, mouvements tectoniques, etc.) et astrophysique (gravité et électro-magnétisme solaire, planétaire voire cosmique), et quelles sont la nature et l’importance des contributions anthropiques?
  • Quelle est l’importance relative des mécanismes convectifs et conductifs existants au sein du système climatique par rapport aux mécanismes radiatifs (uniquement) pris en compte par les modèles « alarmistes » ?

Enfin, certaines questions se rapportant aux méthodes de recherche et de consolidation de données utilisées en climatologie n’ont pas été abordées avec suffisamment d’attention et d’esprit critique, et méritent qu’on s’y attarde quelque peu :

  • Comment mesurer un éventuel réchauffement climatique global ? Une « anomalie globale» de température a-t-elle un sens ?
  • Pourquoi les données expérimentales relevées par les « réalistes-sceptiques » contredisent-elles les « prévisions-projections » des modèles climatiques développés par les « alarmistes » (absence de point chaud dans la troposphère ; existence d’une pause de réchauffement depuis près de deux décennies)? Quelle est l’importance des erreurs de mesure, de consolidation spatio-temporelle et de celles associées aux algorithmes utilisés dans les modèles climatiques ?
  • Quelle est l’importance des fluctuations naturelles cycliques (mais apériodiques) du climat ? Sont-elles correctement représentées par le concept de « forcing» ?
  • Les méthodes d’extrapolation linéaires utilisées pour identifier un réchauffement climatique (anthropique) sont-elles adaptées aux données climatiques, compte tenu des variations naturelles cycliques ?
  • Les méthodes d’analyse harmonique (spectre de puissance, transformée de Fourier, scalogrammes, etc.) permettent elles d’identifier avec certitude l’existence de composantes naturelles cycliques mais apériodiques du climat ? Quelles sont les périodes approximatives de ces fluctuations et à quoi seraient-elles dues, en fin de compte ?
  • Le système climatique est –il de nature chaotique (au sens mathématique du terme), ce qui réduirait considérablement son horizon de prédictibilité ?

La présentation faite par Henri Masson à la Contre-Cop 22 qui s’est tenue à Paris, début décembre 2016, sous l’égide de l’Association des Climato-Réalistes, apporte quelques éléments de réponse aux questions regroupées dans cette troisième catégorie.

 

 

 

What is wrong with climate science?

Prof.  W. Happer, Princeton University (January 2017)


What, besides the bias toward a particular, desired result, is wrong with the science? Scientific progress proceeds by the interplay of theory and observation. Theory explains observations and makes predictions about what will be observed in the future. Observations anchor our understanding and weed out the theories that do not work. This has been the scientific method for more than three hundred years. Recently, the advent of the computer has made possible another branch of inquiry: computer simulation models. Properly used, computer models can enhance and speed up scientific progress. But they are not meant to replace theory and observation and to serve as an authority of their own. We know they fail in economics.

….

Excellente synthèse des problèmes liés à la controverse actuelle.

Fossil fuel formation: Key to atmosphere’s oxygen?

 

University of Wisconsin-Madison, December 30, 2016


For the development of animals, nothing — with the exception of DNA — may be more important than oxygen in the atmosphere. A study now links the rise in oxygen to a rapid increase in the burial of sediment containing large amounts of carbon-rich organic matter.

Also J.M. Husson and S.E. Peters, February 15, 2017


Atmospheric oxygenation driven by unsteady growth of the continental sedimentary reservoir. Earth and Planetary Science Letters, 2017; 460: 68 DOI: 10.1016/j.epsl.2016.12.012

Climate Science : some principles

Dr.  Albert Jacobs, Calgary, Canada


Climate science seems to have been taken over by politicians and the media. It is therefore essential to keep the debate alive on scientific principles, rather than popular hype.

This complex amalgam of scientific disciplines, called Climate Science, is replete with uncertainties and controversies. Politicians will proclaim that “The Science is settled”, because politicians do not want to deal with uncertainties. As scientists, we know that science is never “settled”. Scientific progress thrives on challenges and debate and it is up to science organisations to foster that.

I will list a number of essential aspects …

(See also CO2 as a function of geologic times)

Climat : 15 vérités qui dérangent

A.  Debeil, L. Delory, S. Furfari, D. Godefridi, H. Masson, L. Myren, A. Préat, sous la direction scientifique I. Marko

Le débat sur l’origine des changements climatiques est loin d’être clos. Ces dernières années, les faits sont venus contredire les théories du groupe international d’experts sur le climat (le GIEC). Pourquoi les températures n’ont-elles plus augmenté à la surface du globe depuis 1998, tandis que les émissions de CO2 ne cessaient de croître ? Pourquoi le volume de glace en Antarctique ne diminue-t-il pas ? Pourquoi les scientifiques impliqués dans le « Climategate » refusent-ils de fournir les données sur lesquelles se basent leurs prévisions ? Et surtout, pourquoi les prédictions alarmistes proférées par ces scientifiques ne se sont-elles pas réalisées ? Pour la première fois, des professionnels issus de différentes disciplines unissent leurs forces pour montrer que le débat sur le climat n’est pas clos. En dépit des pressions professionnelles qu’ils subissent, et du tsunami médiatique d’hostilité qu’ils rencontrent à chacune de leurs initiatives, les auteurs du présent ouvrage, chimistes, géologue, ingénieurs, journaliste, épistémologue, dont plusieurs scientifiques reconnus dans leurs disciplines respectives, estiment qu’il n’est plus possible de se taire. Cet ouvrage, véritable bible du « climato-scepticisme », fait la synthèse des arguments qui réfutent les thèses dominantes dans le domaine climatique. Il est montré comment, depuis quinze ans, la réalité dément systématiquement les projections du groupe d’experts international sur le climat (GIEC) et de leurs innombrables relais politiques et médiatiques. Pour que triomphe la vérité scientifique.

Egalement : La faillite du climatisme

Cette banquise Arctique qui n’en finit pas de fondre

Prof. Dr. Istvan Marko

Depuis des années, ils guettent, telle une nuée de médecins de Molière au chevet d’un agonisant, les moindres déviations de la quantité de glace en Arctique, son épaisseur et son âge. Nombreux sont ceux qui ont prétendu qu’elle allait disparaître en 2008, 2012, 2013, 2015 et même 2016. Hélas pour eux, la glace est toujours là et bien là. Damien Ernst a parlé de “tipping point”, un point de basculement, au-delà duquel les choses se dégraderaient inéluctablement. Et d’ajouter que l’on entre dans un domaine inconnu où tout – surtout le pire, évidemment – peut arriver. Alarmisme, quand tu nous tiens !

Mais qu’en est-il vraiment du triste sort de la banquise arctique ? Fond-elle de manière anormale ? Va-t-elle disparaître dans un proche avenir ? Et qu’adviendra-t-il des ours polaires ?

Signalons d’emblée que les mesures effectuées au cours de l’année 2016 montrent effectivement que, depuis la mi-octobre, l’étendue de la banquise arctique est inférieure à celle observée les années précédentes. Il semblerait donc que la glace se reconstitue moins vite. Cependant, si l’on examine attentivement les données, on observe que le regel, lent en octobre, s’accélère et que la quantité de glace devrait revenir à la normale avant la fin de l’hiver.

nb: janvier 2017. Finalement la banquise arctique a rejoint la courbe ‘moyenne’ de surface des glaces au cours du mois de décembre 2016.

Climate Change : Pros and Cons (conférence)

par Alain Préat


Le débat sur le climat est loin d’être terminé, de trop nombreuses questions ne sont pas résolues. Le sujet est particulièrement complexe et un professeur de biologie à l’ULB m’a donné l’occasion d’exposer un point de vue différent de celui qui fait consensus.

Cette conférence de près de deux heures avait pour objectif de développer l’esprit critique des étudiants, et certainement pas de leur ‘asséner’ une vérité.  A eux de se forger une opinion en analysant les données de la littérature.

Le gaz, vecteur incontournable du mix électrique ?

par J.P. Schaeken Willemaers

Institut Thomas More, Président du pôle Énergie, Climat, Environnement

Introduction

Le gaz occupe une place de plus en plus importante dans le mix énergétique primaire, tant dans les pays membres de l’OCDE que dans les autres.

En effet, il s’agit du combustible fossile le moins polluant, relativement faible émetteur de gaz à effet de serre (GES) et dont les réserves sont abondantes et bien réparties dans le monde.

C’est la raison pour laquelle il est également accepté dans les pays qui ont adopté une politique  bas carbone. Il convient particulièrement bien, en effet, pour générer l’électricité nécessaire à la compensation de l’intermittence de la production d’électricité renouvelable, pour la production de chaleur et pour le transport routier et maritime.

Les raisons d’utilisation du gaz sont donc multiples et ne relèvent pas, tant s’en faut, seulement des considérations climatiques.

L’évolution du marché du gaz dépend d’un certain nombre de paramètres, parmi lesquels figurent la distribution et les volumes des réserves, les progrès de la technologie, la géopolitique de production, l’efficacité de cette dernière, le transport et les changements des modes de consommation, le tout subordonné aux coûts/prix ainsi qu’à l’économie et la stabilité des pays producteurs et consommateurs. Nous y reviendrons.

Suite arguments.com

 

Les pics pétrolier et gazier, sans cesse reportés !

 par Alain Préat et Jean-Pierre Schaeken

Académie royale de Belgique

Depuis plus de 15 ans les pics pétrolier et gazier sont régulièrement annoncés comme étant atteints. Pourtant force est de constater qu’il n’en est rien. Pour preuve, les réserves prouvées tant de pétrole et gaz conventionnels que non conventionnels s’accroissent régulièrement. Il en va de même de la production mondiale qui jusqu’à présent a toujours pu satisfaire la demande même lorsque celle-ci est soutenue.

Y aura- t-il réellement un pic à l’échelle mondiale ou plutôt un long plateau avec ou sans quelques pics mineurs ? En tout état de cause, est-ce la bonne question ? Ne faudrait-il pas plutôt parler d’adéquation entre l’offre et la demande ?
Cette problématique est de premier ordre puisque nous dépendons depuis plus d’un siècle à plus de 80% des énergies fossiles et tous les acteurs du monde énergétique ne voient pas de modifications majeures d’ici 2030, et même 2050, période durant de laquelle tout le monde s’accorde à penser que la demande, et donc la consommation d’énergie primaire va s’accroître, ne fût-ce parce que la population mondiale s’accroît chaque jour de 200 000 personnes (naissances moins décès) et que le niveau de vie des pays en voie de développement et émergents augmente. Les populations de ces pays consommeront autant, si pas plus d’énergie, que leurs prédécesseurs.
Toutefois, les progrès technologiques et les considérations environnementales conduisent, à moyen terme, à une réduction progressive de la demande.

Bien entendu les réserves de combustibles fossiles ne sont pas infinies.
Mais d’une part, de nouvelles réserves sont découvertes et d’anciens champs sont optimisés. D’autre part, les progrès technologiques (techniques de prospection, forages horizontaux, amélioriation du taux de récupération primaire …) permettent de valoriser les ressources conventionnelles et non conventionnelles de pétrole et de gaz. Les impacts macroéconomiques et géostratégiques sont très importants et devraient conditionner l’évolution de nos sociétés jusqu’au moins 2050.

Le lointain passé des pierres peut-il éclairer notre proche avenir climatique et énergétique ? Entretien avec Alain Préat, géologue

Alain Préat est professeur en géologie à l’ULB et professeur visiteur au Collège Belgique. Il assure la coordination d’une série de cours et de conférences à l’Académie royale sous le titre général « Changement climatique, pourquoi tant de passions ? » et tiendra plus précisément une conférence sur les controverses qui accompagnent la récolte de ces données climatiques…

Nous avons eu le plaisir de le rencontrer alors qu’il rentrait d’une mission de trois semaines dans la brousse congolaise.

Monsieur Préat, quand on est né dans ce « scandale géologique » qu’est le Katanga, avec un père travaillant dans l’exploitation minière, devenir géologue n’est-il pas une destinée toute tracée ?

Non, cela peut étonner mais ce n’est pas la longue présence de mon père au Katanga (38 années, tout de même) qui est à l’origine de mon intérêt pour la géologie. Je ne voyais mon père que rarement et j’ai choisi cette orientation indépendamment de cela.

Un choix qui vous amènera à voyager un peu partout dans le monde…

Oui, même si la Belgique méridionale reste une région de grand intérêt géologique. Après une expérience en Algérie, assez décevante pour un chercheur à cause de la faiblesse des compétences rencontrées là-bas à l’époque, c’est en Belgique que j’ai préparé ma thèse de doctorat : j’ai travaillé sur la sédimentologie du Dévonien carbonaté dans cette zone qui couvre le nord de la France et le sud de la Belgique, un travail sur le terrain qui a permis d’élaborer des modèles de plates-formes carbonatées et d’édifications récifales.

Givétien, Frasnien, Famennien, sont des « étages » géologiques bien de chez nous… On a de la peine à imaginer que certaines crêtes près de Couvin et Treignes sont les bords de vieux récifs de coraux.

Pas exactement des coraux, mais des stromatopores, semblables à des éponges fossiles, pour simplifier. Le Dévonien, période géologique qui s’étend de moins 420 à un peu moins de 360 millions d’années, fait partie de ce qu’on appelle l’ère primaire, ou paléozoïque. Ces stromatopores dévoniens connaissent leur apogée en Ardenne, au Givétien et sont aussi très bien représentés au Frasnien. Les coraux, qui constitueront d’ailleurs par la formation des calcaires qu’ils ont induits l’un des puits de carbone les plus importants, viendront ensuite et formeront, il y a plus de 300 millions d’années, une barrière récifale mondiale qui s’étendra sur une distance une fois et demie supérieure à l’actuelle barrière de corail australienne. À l’époque, notre Ardenne se trouvait sous les tropiques de l’hémisphère sud et était recouverte par une mer peu profonde et calme dans laquelle s’accumulaient des sédiments souvent fossilifères…

Docteur en géologie en 1985, spécialiste en sédimentologie de nos régions, vous repartez pourtant en Afrique, dans la recherche pétrolière…

En effet, ces recherches en sédimentologie intéressent particulièrement les compagnies pétrolières. L’une d’entre elles, Petrofina, m’engagea alors et m’envoya diriger leur laboratoire de recherche en Angola. À côté de nombreuses études pour différentes compagnies pétrolières actives dans ce pays, mon activité principale consistait en l’analyse et l’interprétation des faciès réservoirs (le faciès est une catégorie dans laquelle on peut ranger une roche, par exemple un faciès sédimentaire marqué par un ou plusieurs caractères lithologiques ou paléontologiques, le terme « réservoir » est assez clair par lui-même), en partant de forages effectués dans le Crétacé (environ -145 à -65 millions d’années, c’est la dernière période du mésozoïque ou ère secondaire), parfois même dans le Tertiaire.

Devenu professeur à l’ULB en 1990, vous entamez une vie partagée entre l’académique et de très nombreuses missions à l’étranger (Maghreb, Papouasie, USA…), tout en restant chercheur en sédimentologie et géochimie des roches carbonatées.

On m’a recontacté pour diriger des études de 3e cycle au Maghreb, pour étudier dans une petite île du nord de la Papouasie des roches récifales soulevées, très récentes et marquées par de nombreuses transformations, puis pour diriger aux États-Unis une thèse de doctorat sur les dépôts du Dévonien. Je me suis en particulier intéressé aux causes des extinctions massives qui ont marqué le passage du Frasnien au Famennien. On ignore parfois que l’extinction massive d’espèces animales et végétales ne se limite pas à celle des dinosaures (qui n’était que la… cinquième). Celle dont je parle peut être considérée comme la quatrième. Dans ce passé lointain, des zones anoxiques (bassins privés d’oxygène) semblent avoir existé, à des échelles très vastes et des durées de plusieurs centaines de milliers d’années. Cette « crise d’anoxie » a dû participer à la disparition de 80 % des espèces vivantes, avec d’autres facteurs comme l’altération des continents. La cause des extinctions massives est sans doute multifactorielle. Il en va de même pour celle, plus tardive, des dinosaures où la fameuse météorite a sûrement joué un rôle mais l’activité volcanique de la période n’y est probablement pas pour rien, par exemple.

À la fin des années 1990, outre cette question des extinctions massives d’organismes que vous étudiez à partir des séries du Dévonien supérieur, à l’échelle euraméricaine (de l’Amérique du Nord à la Pologne), vous vous consacrez aussi à l’analyse microbiologique et géochimique des calcaires anciens.

Ces travaux, menés en association avec des biologistes, m’ont permis d’élaborer un modèle paléo-écologique basé sur la présence de ferro-bactéries fossiles, pouvant expliquer la pigmentation rouge de nombreux marbres et pierres d’ornementation. La question de l’origine de ces calcaires rouges est ancienne et accompagne le succès énorme de ces marbres et pierres rouges depuis des siècles.

Dont le marbre de Rance, ce fameux « rouge belge » ?

… qui eut en effet une immense renommée par son usage intensif lors de la décoration du château de Versailles, par exemple. Pensons à Musset qui écrivit, dans ses Poésies nouvelles :

Quand sur toi leur scie a grincé,
les tailleurs de pierre ont blessé
quelque Vénus dormant encore
et la pourpre qui te colore
te vient du sang qu’elle a versé

La couleur rouge des pierres intrigue depuis toujours et pourtant, à l’occasion même d’un symposium sur « l’ammonitico rosso » (Jurassique d’Italie) en 1991, on préféra passer sous silence la question même de cette coloration… J’ai eu récemment, en Italie précisément, l’occasion de démontrer que cette couleur rouge est liée à l’existence de ferro-bactéries vivant dans une boue carbonatée et qui meurent quand il y a trop d’oxygène. Ce sont ces bactéries qui se développaient aux interfaces dysoxiques/anoxiques dans les sédiments, qui ont oxydé le fer ferreux en fer ferrique et donné la pigmentation rouge de ces marbres qui n’ont pourtant qu’une teneur de 1 % en fer, suffisante pour la coloration. J’ai ensuite pu montrer que ces activités microbiennes étaient aussi à l’origine d’un fractionnement isotopique, ce qui constitue de fait une ‘biosignature’.

Ces travaux sont en pleine résonnance avec la mission de la NASA sur Mars (la planète rouge !) et sa sonde robotisée Curiosity, non ?

Bien sûr. Toute cette histoire des ferro-bactéries a des implications sur l’apparition de la vie dès les premiers stades de la formation de la Terre ou en exobiologie. Car ces isotopes sont comme des « signatures » de la vie. Il est amusant de penser qu’on est parti de ces marbres de Rance, qu’on se retrouve sur la planète Mars, qui contient également des oxydes de fer à sa surface. On sait maintenant, grâce au microscope électronique, que ces ferro-bactéries se retrouvent fossilisées dans de nombreuses formations géologiques rouges sur Terre.

Sur quoi portent vos travaux plus récents ?

J’effectue des missions de recherche sur le Précambrien, au Congo (RDC et Brazzaville), au Gabon et bientôt en Namibie : elles portent sur l’analyse des conséquences de l’apparition de l’oxygène au paléo-protérozoïque il y a deux milliards d’années, ainsi que sur les glaciations précambriennes au néo-protérozoïque il y a plus de 600 millions d’années. Il y a donc eu de nombreuses glaciations dans l’histoire de notre planète, dont celle qui débouche sur l’hypothèse de la fameuse « Snowball Earth », la théorie de la Terre boule de neige, une glaciation mondiale qui aurait recouvert toute la planète d’une épaisse couche de neige et de glace, il y a environ 635 millions d’années. On a pu récemment apporter de nouveaux arguments en faveur de cette hypothèse avec l’étude de roches en Namibie : sur les dépôts glaciaires de ces roches, des carbonates dits de recouvrement furent identifiés. En analysant la signature magnétique des dépôts glaciaires, on a pu déterminer qu’ils s’étaient formés à de basses latitudes. Mes travaux portent donc sur la recherche académique dans ces domaines, mais comportent également une part cartographique, plus directement utilitaire. Par ailleurs, je reste toujours intéressé par les applications potentielles aux roches réservoirs et roches sources de pétrole, et j’encadre dans ce contexte des recherches (doctorats) dans le Kurdistan irakien où je me rends régulièrement.

L’étude de la géologie confronte au vertige d’une échelle de temps longue, incomparable avec nos références historiques, sans parler des expériences de vie personnelle. Votre vision du monde en est-elle fort influencée ?

Bien entendu. D’abord parce que le fait de vivre, en pleine conscience, avec des roches d’un milliard et demi d’années ou bien plus, relativise le temps de l’humanité : l’être humain n’a que 150.000 ans environ, soit une échelle dix mille fois plus courte, ensuite parce que l’on découvre que la planète est toujours en transition, que par exemple la teneur en oxygène a souvent changé… La Terre a vécu, pour l’immense partie de son existence, sans l’Homme et n’a évidemment pas « besoin » de lui. Sans philosopher outre mesure, cela seul interroge, non ? Par ailleurs, je pense à ces physiciens fascinés par la découverte que toute la réalité est quantique, que notre cerveau lui-même est quantique… Et je me dis que ça, c’est encore une vision teintée d’anthropomorphisme, un risque auquel le géologue, lui, échappe.

C’est Camus qui écrivait, dans le Mythe de Sisyphe, pour parler de l’absurde et de « l’étrangeté » du monde par rapport à l’homme : « S’apercevoir que le monde est épais, entrevoir à quel point une pierre est étrangère, nous est irréductible, avec quelle intensité la nature, un paysage peut nous nier… », terrible leçon de modestie pour l’homme. Mais revenons sur terre, si l’on peut dire. Vous consacrez votre vie à une discipline assez mal connue du grand public, y compris dans ses notions de base. Vous arrive-t-il de penser que cette étude de notre Terre, des sols qui la composent et déterminent la possibilité même de notre vie, devrait être davantage répandue, vulgarisée ?

Tout-à-fait. Il s’agit là d’une des grandes lacunes de l’enseignement secondaire en Belgique. Et ce n’est pourtant pas si compliqué dans la mesure où une telle formation, au niveau secondaire, n’implique pas de connaissances pointues, alors même qu’elle ouvrirait aux élèves des perspectives philosophiques importantes et un regard lucide sur la science toujours en devenir.

« La vérité scientifique n’arrive d’ordinaire au grand nombre que lorsqu’elle a cessé d’être vraie » disait Jean Rostand, il y a un siècle déjà. Est-ce aussi le cas en géologie ?

Il y a des progrès dans la connaissance, on affine, on avance des hypothèses, certaines sont abandonnées, ce qui ne signifie pas qu’on se soit trompé… L’acquis géologique est avéré. Par ailleurs, il y a des hypothèses qui ne se vérifient que bien plus tard. Par exemple, la fameuse tectonique des plaques de Wegener, que tout le monde connaît aujourd’hui : Wegener était incapable d’en donner une explication scientifique à son époque. Il faudra pour cela attendre le paléomagnétisme, quarante ans plus tard… La démarche scientifique est hypothétique, progressive et continue.

Précisément, le grand public peut s’emparer de débats scientifiques et se passionner pour ça. Deux grandes controverses contemporaines, d’abord scientifiques mais « popularisées » désormais, sont en rapport avec la géologie : le « pic pétrolier » et le « réchauffement climatique »… Il est d’ailleurs intéressant de les voir liées dans le tapage médiatique qui accompagne une réflexion, au fond scientifique mais qui exprime aussi une crainte populaire. Une optique idéologique réunit, au sein des deux « camps » opposés, des « croyants » et des « non-croyants »… On est loin de la science, là.

À propos du « pic pétrolier », qui est annoncé régulièrement depuis plus de quarante ans d’ailleurs, je tiens d’emblée à répéter que je n’ai aucun a priori. Objectivement, il reste du pétrole pour encore longtemps mais ce fait doit être mis en relation avec une consommation mondiale croissante : chaque jour la planète porte 221.000 humains supplémentaires, les pays émergents se développent industriellement et la consommation d’énergie augmente. Les dérivés du pétrole représentent 80 % des combustibles, 90 % si on ne tient pas compte du bois. On comprend donc l’inquiétude. Mais la controverse est là, entre les optimistes (les « cornucopiens » qui croient à la permanence d’une corne d’abondance) et les pessimistes (les « hubbertistes », du nom de cet expert qui annonçait dès 1940 le pic pétrolier américain pour 1970). Si l’on s’en tient aux faits, que l’on reste objectif et critique, que peut-on dire ? D’abord que, si Hubbert a commis en son temps une erreur d’évaluation sur la production américaine, les pessimistes n’ont pas tort de constater que l’on consomme aujourd’hui 6 à 7 barils pour 1 baril découvert alors qu’il y plus de 30 ans on consommait un baril pour 5 découverts. Que, si les optimistes se basent sur des réserves des compagnies nationales (qui détiennent plus de 80 % des réserves mondiales) en réalité surestimées pour des raisons boursières, les hubbertistes ne prennent pas en compte le progrès technologique qui permet d’améliorer les rendements et les techniques d’exploration. Que d’un côté on sous-estime la production potentielle de gaz, et de l’autre on découvre moins de champs géants, d’ailleurs en déclin. À quoi il faut ajouter les arguments opposés concernant le rôle de la spéculation dans la hausse des prix pétroliers, les politiques économiques des pays concernés, etc. Bref, le débat est trop complexe pour le trancher ainsi. Ce qu’on peut dire de certain, c’est que le pétrole bon marché c’est fini, que la notion de « pic pétrolier » est valide mais sa date incertaine. Le monde consomme 30 milliards de barils par an, soit environ 4 barils par personne mais avec des différences colossales : un Américain utilise en moyenne 25 barils par an, un Indien 0,9 baril. Les réserves pétrolières sont estimées selon les « camps » à 2013 ou 3012 Gbbl (milliards de barils), la quantité déjà extraite est de 1095 Gbbl, le pic pétrolier se situerait dès lors pour le seul pétrole conventionnel en 2037 ou en… 2005. Mais il y a le pétrole non conventionnel : schistes et gaz bitumineux ainsi que les « gaz de schistes ». Or, en tenant compte de ces gaz de schistes, les réserves mondiales de gaz sont passées de 60 années à plus de deux siècles… On comprend donc que le problème n’est pas seulement technologique et « naturel », c’est aussi un problème politique avec ses contraintes environnementales, entre autres. En conclusion : c’est un problème très complexe, comme notre monde lui-même, et qui ne devrait pas devenir un enjeu politique et médiatique simpliste. Il me semble en outre qu’à côté de ces querelles, il ne manque pas de défis urgents dignes d’attirer l’attention des décideurs politiques et dont l’oubli mène à de véritables drames, ici et maintenant : la question de l’accès à l’eau potable, par exemple, ou la pauvreté insupportable dans des régions entières.

Vous venez d’ailleurs de publier un article dans le Bulletin de la Classe des Sciences de l’Académie, sur le sujet (Panique sur les réserves de pétrole ?, ce 10 octobre). Quant à l’autre grand débat actuel, à propos du « réchauffement climatique », n’obéit-il pas lui aussi, à cette logique simpliste des « pour » et des « contre » ?

Malheureusement si. Et pour des raisons similaires : données incomplètes ou non représentatives statistiquement, compte mal tenu des lieux, corrections insuffisamment expliquées, voire courbes statistiques tronquées… Le problème vient de ce qu’on outrepasse les données brutes au profit d’une médiatisation intéressée. D’une part, et c’est un drame pour l’image même de la communauté scientifique toute entière, nous assistons à une course à l’échalote publicitaire, les chercheurs orientant leurs travaux vers ce qui est porteur budgétairement, vers des publications sources de retombées intéressantes, d’autre part la communauté scientifique éclate en factions rivales…

Mais le GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat, créé par deux agences de l’ONU : l’Organisation météorologique mondiale et le Programme des Nations unies pour l’environnement) a pour mandat, je cite : « d’évaluer, sans parti pris et de manière méthodique, claire et objective, les informations scientifiques, techniques et socio-économiques disponibles en rapport avec la question du changement du climat. Le GIEC est censé rendre compte des différents points de vue et des incertitudes, tout en dégageant clairement les éléments qui relèvent d’un consensus de la communauté scientifique ». Or c’est le GIEC qui est au cœur de la tourmente entre scientifiques…

D’abord le GIEC fonctionne au consensus, ce qui me paraît incompatible avec une démarche proprement scientifique : la science, c’est non seulement le doute permanent mais aussi l’ouverture constante à la critique, à la réfutation toujours possible. Que l’on demande à des scientifiques d’aboutir à un accord unanime sur des textes me paraît déjà anormal. Alors quand il s’agit de problèmes aussi complexes que l’évolution du climat et de ses causes, j’ai des… doutes.

Ce que vous dites ne laisse pas d’inquiéter le public : que penser si les « savants » ne sont pas d’accord ? « L’union des travailleurs de la preuve » disait Bachelard en parlant de la communauté scientifique… Cette vérité scientifique est-elle un leurre ?

Ce genre d’études est commandité par des autorités politiques. Le GIEC est tenu de résumer son immense travail en une petite centaine de pages destinées aux décideurs politiques dont dépend l’obtention de crédits… Simplifications, intérêts, qui ne voit là un risque, un danger pour la science authentique ? Je ne dis pas du tout que le GIEC travaille mal, je dis seulement que toute démarche scientifique implique des discussions, des controverses, des doutes… et pas le consensus.

Mais les décideurs politiques, même obsédés par le temps très court des logiques électorales et des rentabilités boursières, failliraient à leurs devoirs s’ils ne s’adressaient pas à ces experts…

C’est aux scientifiques à ne pas tomber dans le piège. À la limite, cette controverse entre scientifiques serait bénéfique si elle n’était tombée dans le champ public, politique, idéologique, financier, bref dans le monde non rationnel. Ce genre de dérive est banal depuis les années 90, depuis que la recherche est devenue un enjeu économique. Il me semble que la complexité des phénomènes tels que la durée de production pétrolière et a fortiori le réchauffement climatique interdisent la caution scientifique de décisions politiques. Peut-être qu’on n’a pas encore toutes les données, tout simplement. Et que les gens sont trop impatients. « La science ne se soucie ni de plaire ni de déplaire, elle est inhumaine », disait Anatole France. Personne n’a le courage de dire : à ce stade de nos connaissances, on ne sait pas prévoir l’avenir du climat. Les facteurs sont tout simplement trop complexes. Et cela commence avec les données climatiques elles-mêmes : il semble ne pas y avoir de consensus sur la pertinence de ces relevés. C’est ce que je vais tenter d’expliquer lors de cette conférence à l’Académie Royale le 14 novembre prochain, que j’intitule : « La récolte des données climatiques : quelles controverses ? ».

Interview réalisée par Michel Gergeay – octobre 2012

La géologie, une science plus que passionnante … et diverse