Archives par mot-clé : Fun?/Discussion

Quelles énergies dans le monde pour 2050 ?

par Prof. Samuel Furfari, 23 Mars 2017

Expert européen auprès de la DG Énergie de la Commission européenne

Maître de conférences à l’Université Libre de Bruxelles


2050, c’est dans 33 ans. Il y a 33 ans, nous étions en 1984, en plein contre-choc pétrolier. Après le tremblement du monde suite aux deux chocs pétroliers consécutifs provoqués par l’OPEP, le prix du pétrole était tombé si bas qu’aujourd’hui encore, tout nouveau contre-choc pétrolier constitue un épouvantail pour l’Arabie saoudite. Qu’est-ce qui avait permis cette contre-révolution et mis en échec la stratégie de l’OPEP ? Tout d’abord, l’abandon de la consommation de produits pétroliers dans les centrales électriques (à l’époque, le prix du brut était si bas que l’on pouvait se permettre le luxe de l’utiliser pour produire de l’électricité). La maturation de la technologie nucléaire et le développement de technologies modernes de combustion de charbon ont changé la donne. Ensuite, la mise en œuvre de technologies plus efficientes, notamment dans le secteur de l’automobile, avait donné lieu à des économies d’énergie qui ont permis de réduire la consommation de pétrole. Cela se résumait à l’époque par un slogan lancé par la Commission européenne : COCONUC pour « COal, COnservation and NUClear ». Les résultats ont été au rendez-vous et ont suscité un retour à la sérénité énergétique.

The State of the Climate in 2016

by Prof. Dr. Ole Humlum, March 22,  2017


A report on the State of the Climate in 2016 which is based exclusively on observations rather than climate models is published today by the Global Warming Policy Foundation (GWPF).

Contents (37 pages)

1. General overview 2016/2. Spatial pattern of global surface air temperatures in 2016/3. Global monthly lower troposphere air temperatures since 1979/4. Global mean annual lower troposphere air temperatures since 1979 ……………………/17. Ocean temperature net change 2004-2016 in two north-south sectors/18. Pacific Decadal Oscillation…………../23. Global, Arctic and Antarctic sea-ice extent/24. Northern hemisphere snow-cover extent and /25 Links to data sources.

Plateau de températures : le point sur la nouvelle controverse K15

Benoît Rittaud, 9 février 2017, Université Paris-13


La nouvelle affaire sur le front du climat prend de l’ampleur. Puisqu’il ne faut certainement pas compter sur un compte-rendu loyal par les grands médias français, voici ce qui, je crois, peut en être dit quatre jours après son déclenchement. L’affaire étant susceptible d’avoir des retentissements importants, j’ai choisi de faire un point complet, qui reprend tout depuis le début.

Climate scientists versus climate data

by John Bates,  February 4, 2017
from Judith Curry (blog)
and Benoît Rittaud (blog)

The most serious example of a climate scientist not archiving or documenting a critical climate dataset was the study of Tom Karl et al. 2015 (hereafter referred to as the Karl study or K15), purporting to show no ‘hiatus’ in global warming in the 2000s (Federal scientists say there never was any global warming “pause”). The study drew criticism from other climate scientists, who disagreed with K15’s conclusion about the ‘hiatus.’ (Making sense of the early-2000s warming slowdown)

La contribution du gaz naturel dans le mix énergétique augmente dans tous les scénarios

M.J. Nadeau, Conseil mondial de l’énergie, 2016-2017

Réunis au congrès triennal du Conseil mondial de l’énergie (CME) à Istanbul en octobre 2016, les leaders du secteur de l’énergie ont tous témoigné de l’importance des bouleversements auxquels l’industrie est confrontée. Pour nous aider à comprendre les phénomènes qui prévalent et leurs  impacts sur le secteur, le CME a publié fin 2016 son dernier rapport sur les scénarios énergétiques mondiaux(1). Ce rapport explore trois scénarios possibles à l’horizon 2060 et fournit aux experts un cadre de réflexion utile.

Climat, politique et idéologie

par le Prof. Istvan Marko (UCL), 24 janvier 2017


Idéalement, un journaliste recevant une information vérifie le bien-fondé de sa source, se renseigne abondamment sur les diverses facettes du problème, consulte plusieurs spécialistes afin d’obtenir diverses opinions et, finalement, présente l’information au public sans parti-pris dans le plus pur respect de l’intégrité journalistique. Aujourd’hui, hélas, les informations sont souvent partisanes et reflètent l’idéologie dominante de certains médias et de leurs employés. L’information devient ainsi propagande.

See also : New York Times ‘Our Readers Are Too Dumb To Understand Global Warming Numbers’

Quelles énergies dans le monde pour 2050?

Alain Fuch, Président du CNRS, Janvier 2017


La crainte d’une pénurie de ressources fossiles s’est considérablement éloignée aujourd’hui avec la découverte récente de nouveaux gisements de pétrole et de gaz. Avec des énergies fossiles très bon marché, une volonté politique forte et coordonnée des États est indispensable pour accélérer la transformation de notre bouquet énergétique et de nos modes de consommation et ainsi limiter les émissions anthropiques de gaz à effet de serre (GES) qui contribuent au réchauffement climatique.

….

Tenter ne serait-ce que d’esquisser l’évolution du mix énergétique mondial jusqu’à l’horizon 2050 est un exercice particulièrement périlleux pour un scientifique tant le nombre de facteurs peu ou pas maîtrisables est important. Les incertitudes sont d’autant plus grandes que l’objectif en termes de réduction d’émissions est ambitieux et lointain. Au cours des 25 dernières années, en dépit de l’accroissement de la consommation d’énergie primaire (de 9 à 14 Gtep environ) le mix énergétique mondial a très peu évolué avec une part des énergies fossiles qui est restée voisine de 80%, dans la consommation primaire, contre seulement 14% pour les énergies renouvelables et 5 à 6% pour le nucléaire.

Les Erreurs de Mesure et de Consolidation Associées aux Mesures de Température et leurs Proxies

Prof. (émer.) Dr. Ir. Henri A. Masson, Décembre 2016


Le contexte  

Depuis plusieurs décennies maintenant, un débat intense a lieu autour de ce qu’il convient d’appeler la « controverse climatique » : les émissions de gaz à effet de serre anthropiques ont-elles une influence significative sur le « réchauffement-changement-dérèglement » climatique ? Cette controverse secoue le petit monde scientifique de la climatologie, chacune des parties affublant, au passage, l’autre d’épithètes injurieux, les « réchauffistes-alarmistes » s’opposant aux « charlatans-climato-sceptiques-négationnistes ».

La querelle serait anecdotique, si le monde politique ne s’était emparé du sujet et n’avait décidé, dans la précipitation (et souvent suite à un lobbying intense des partis écologiques monnayant ainsi leur participation à un gouvernement de coalition) d’imposer diverses « taxes carbone » et autres « outils de marché », permettant ainsi de distribuer de généreux subsides aux installations d’énergies dites renouvelables, ainsi qu’aux recherches visant à démontrer l’existence d’un effet de serre (anthropique) significatif dans l’atmosphère et de « prédire –projeter » son importance sur le siècle à venir. Sans oublier les contributions énormes promises par les pays développés à un « Fond Vert », censé les distribuer généreusement aux pays en voie de développement, officiellement pour leur permettre de contribuer à « sauver la planète », mais, en réalité, au nom d’une certaine compensation du « pillage colonial des ressources naturelles » commis par ces pays développés, au cours des siècles précédents.

Tout cela a évidemment un prix pour le citoyen lambda des pays développés : taxes supplémentaires, augmentation de la facture énergétique et des frais de transport, diversion d’une partie du budget de l’Etat, au détriment d’autres fonctions qui pourraient s’avérer plus urgentes et importantes. Ces mesures s’avèrent aussi profondément anti-sociales car elles affectent plus lourdement les ménages aux revenus les plus modestes, pour lesquels la facture énergétique et les frais de transport représentent une part plus importante de leur budget. Certains ménages se trouvent ainsi réduits à choisir entre ne pas chauffer leur habitation ou devoir rogner sur les budgets de nourriture et de soins. A l’usage, il est aussi apparu difficile de rationaliser-quantifier-comparer ces mesures en faisant usage d’un critère de « coût social du carbone », les méthodes d’analyse par coûts-bénéfices qui sous-tendent cette approche donnant des résultats aussi divergents que contestables.

Enfin, par nature, la plupart des énergies dites renouvelables (éolien, solaire, hydraulique) sont intermittentes et, si elles contribuent significativement au « mix énergétique », elles doivent donc impérativement être doublées par des unités d’appoint (nucléaires ou utilisant des combustibles fossiles), afin d’éviter des « black-outs » qui sans cela seraient inévitables. Ces unités d’appoint voient leur rentabilité affectée, car elles tournent forcément elles-mêmes de façon intermittente, étant utilisées uniquement pour compenser les carences des énergies renouvelables, alors qu’elles, elles pourraient parfaitement fonctionner en continu. Il faut encore tenir compte des nombreuses lignes électriques à tirer et des transformateurs à installer pour connecter au réseau les installations d’énergie renouvelable, dispersées et de puissance individuelle négligeable par rapport à la puissance d’une centrale conventionnelle. Il faut enfin tenir compte de la complexité de gestion d’un réseau sur lequel viennent se connecter un grand nombre de sources électriques intermittentes et relativement imprédictibles même à court terme. Tout cela fait littéralement « exploser » le coût de l’électricité.

Les bonnes questions à se poser

Certaines questions relatives à la controverse climatique ont trouvé un large écho dans les médias et ont déjà été largement débattues, dans la littérature (éventuellement ‘peer reviewed’) et sur des blogs spécialisés (sans qu’un réel consensus n’ait été trouvé entre les parties, jusqu’à présent) :

  • Comment démontrer l’existence d’un effet de serre (anthropique) au sein de l’atmosphère ?
  • Quelles seraient les conséquences pour le climat, mais aussi pour la biodiversité, les activités humaines, le niveau de la mer, les évènements climatiques extrêmes, etc., d’un doublement de la concentration de CO2 dans l’atmosphère ?
  • L’implantation massive d’énergies renouvelables va-t-elle contribuer significativement à une réduction de la concentration des gaz à effet de serre dans l’atmosphère, et à quel coût ?

D’autres questions sont tellement complexes qu’elles n’ont pas encore reçu de réponse convaincante, à ce jour (« the science is NOT settled »)

  • Comment démontrer l’existence du lien de causalité liant les émissions de CO2 (anthropiques) à un éventuel réchauffement climatique ? Comment définir le sens de ce lien de causalité ? Ce lien est-il linéaire et instantané ou le système possède-t-il une « mémoire », le faisant réagir avec un certain retard. Enfin et surtout, entre les concentrations atmosphériques de CO2 et la température, quelle est la cause et quel est l’effet ?
  • Quel sont exactement les flux de CO2 et d’énergie, au sein du système extrêmement complexe que constitue l’ensemble « atmosphère-océan-terre » sur lequel viennent se greffer des systèmes tout aussi complexes de biosphère, géophysique (géothermie, volcans, tremblements de terre, mouvements tectoniques, etc.) et astrophysique (gravité et électro-magnétisme solaire, planétaire voire cosmique), et quelles sont la nature et l’importance des contributions anthropiques?
  • Quelle est l’importance relative des mécanismes convectifs et conductifs existants au sein du système climatique par rapport aux mécanismes radiatifs (uniquement) pris en compte par les modèles « alarmistes » ?

Enfin, certaines questions se rapportant aux méthodes de recherche et de consolidation de données utilisées en climatologie n’ont pas été abordées avec suffisamment d’attention et d’esprit critique, et méritent qu’on s’y attarde quelque peu :

  • Comment mesurer un éventuel réchauffement climatique global ? Une « anomalie globale» de température a-t-elle un sens ?
  • Pourquoi les données expérimentales relevées par les « réalistes-sceptiques » contredisent-elles les « prévisions-projections » des modèles climatiques développés par les « alarmistes » (absence de point chaud dans la troposphère ; existence d’une pause de réchauffement depuis près de deux décennies)? Quelle est l’importance des erreurs de mesure, de consolidation spatio-temporelle et de celles associées aux algorithmes utilisés dans les modèles climatiques ?
  • Quelle est l’importance des fluctuations naturelles cycliques (mais apériodiques) du climat ? Sont-elles correctement représentées par le concept de « forcing» ?
  • Les méthodes d’extrapolation linéaires utilisées pour identifier un réchauffement climatique (anthropique) sont-elles adaptées aux données climatiques, compte tenu des variations naturelles cycliques ?
  • Les méthodes d’analyse harmonique (spectre de puissance, transformée de Fourier, scalogrammes, etc.) permettent elles d’identifier avec certitude l’existence de composantes naturelles cycliques mais apériodiques du climat ? Quelles sont les périodes approximatives de ces fluctuations et à quoi seraient-elles dues, en fin de compte ?
  • Le système climatique est –il de nature chaotique (au sens mathématique du terme), ce qui réduirait considérablement son horizon de prédictibilité ?

La présentation faite par Henri Masson à la Contre-Cop 22 qui s’est tenue à Paris, début décembre 2016, sous l’égide de l’Association des Climato-Réalistes, apporte quelques éléments de réponse aux questions regroupées dans cette troisième catégorie.

 

 

 

What is wrong with climate science?

Prof.  W. Happer, Princeton University (January 2017)


What, besides the bias toward a particular, desired result, is wrong with the science? Scientific progress proceeds by the interplay of theory and observation. Theory explains observations and makes predictions about what will be observed in the future. Observations anchor our understanding and weed out the theories that do not work. This has been the scientific method for more than three hundred years. Recently, the advent of the computer has made possible another branch of inquiry: computer simulation models. Properly used, computer models can enhance and speed up scientific progress. But they are not meant to replace theory and observation and to serve as an authority of their own. We know they fail in economics.

….

Excellente synthèse des problèmes liés à la controverse actuelle.

Fossil fuel formation: Key to atmosphere’s oxygen?

 

University of Wisconsin-Madison, December 30, 2016


For the development of animals, nothing — with the exception of DNA — may be more important than oxygen in the atmosphere. A study now links the rise in oxygen to a rapid increase in the burial of sediment containing large amounts of carbon-rich organic matter.

Also J.M. Husson and S.E. Peters, February 15, 2017


Atmospheric oxygenation driven by unsteady growth of the continental sedimentary reservoir. Earth and Planetary Science Letters, 2017; 460: 68 DOI: 10.1016/j.epsl.2016.12.012

Climate Science : some principles

Dr.  Albert Jacobs, Calgary, Canada


Climate science seems to have been taken over by politicians and the media. It is therefore essential to keep the debate alive on scientific principles, rather than popular hype.

This complex amalgam of scientific disciplines, called Climate Science, is replete with uncertainties and controversies. Politicians will proclaim that “The Science is settled”, because politicians do not want to deal with uncertainties. As scientists, we know that science is never “settled”. Scientific progress thrives on challenges and debate and it is up to science organisations to foster that.

I will list a number of essential aspects …

(See also CO2 as a function of geologic times)

Climat : 15 vérités qui dérangent

A.  Debeil, L. Delory, S. Furfari, D. Godefridi, H. Masson, L. Myren, A. Préat, sous la direction scientifique I. Marko

Le débat sur l’origine des changements climatiques est loin d’être clos. Ces dernières années, les faits sont venus contredire les théories du groupe international d’experts sur le climat (le GIEC). Pourquoi les températures n’ont-elles plus augmenté à la surface du globe depuis 1998, tandis que les émissions de CO2 ne cessaient de croître ? Pourquoi le volume de glace en Antarctique ne diminue-t-il pas ? Pourquoi les scientifiques impliqués dans le « Climategate » refusent-ils de fournir les données sur lesquelles se basent leurs prévisions ? Et surtout, pourquoi les prédictions alarmistes proférées par ces scientifiques ne se sont-elles pas réalisées ? Pour la première fois, des professionnels issus de différentes disciplines unissent leurs forces pour montrer que le débat sur le climat n’est pas clos. En dépit des pressions professionnelles qu’ils subissent, et du tsunami médiatique d’hostilité qu’ils rencontrent à chacune de leurs initiatives, les auteurs du présent ouvrage, chimistes, géologue, ingénieurs, journaliste, épistémologue, dont plusieurs scientifiques reconnus dans leurs disciplines respectives, estiment qu’il n’est plus possible de se taire. Cet ouvrage, véritable bible du « climato-scepticisme », fait la synthèse des arguments qui réfutent les thèses dominantes dans le domaine climatique. Il est montré comment, depuis quinze ans, la réalité dément systématiquement les projections du groupe d’experts international sur le climat (GIEC) et de leurs innombrables relais politiques et médiatiques. Pour que triomphe la vérité scientifique.

Egalement : La faillite du climatisme

Cette banquise Arctique qui n’en finit pas de fondre

Prof. Dr. Istvan Marko

Depuis des années, ils guettent, telle une nuée de médecins de Molière au chevet d’un agonisant, les moindres déviations de la quantité de glace en Arctique, son épaisseur et son âge. Nombreux sont ceux qui ont prétendu qu’elle allait disparaître en 2008, 2012, 2013, 2015 et même 2016. Hélas pour eux, la glace est toujours là et bien là. Damien Ernst a parlé de “tipping point”, un point de basculement, au-delà duquel les choses se dégraderaient inéluctablement. Et d’ajouter que l’on entre dans un domaine inconnu où tout – surtout le pire, évidemment – peut arriver. Alarmisme, quand tu nous tiens !

Mais qu’en est-il vraiment du triste sort de la banquise arctique ? Fond-elle de manière anormale ? Va-t-elle disparaître dans un proche avenir ? Et qu’adviendra-t-il des ours polaires ?

Signalons d’emblée que les mesures effectuées au cours de l’année 2016 montrent effectivement que, depuis la mi-octobre, l’étendue de la banquise arctique est inférieure à celle observée les années précédentes. Il semblerait donc que la glace se reconstitue moins vite. Cependant, si l’on examine attentivement les données, on observe que le regel, lent en octobre, s’accélère et que la quantité de glace devrait revenir à la normale avant la fin de l’hiver.

nb: janvier 2017. Finalement la banquise arctique a rejoint la courbe ‘moyenne’ de surface des glaces au cours du mois de décembre 2016.

Climate Change : Pros and Cons (conférence)

par Alain Préat


Le débat sur le climat est loin d’être terminé, de trop nombreuses questions ne sont pas résolues. Le sujet est particulièrement complexe et un professeur de biologie à l’ULB m’a donné l’occasion d’exposer un point de vue différent de celui qui fait consensus.

Cette conférence de près de deux heures avait pour objectif de développer l’esprit critique des étudiants, et certainement pas de leur ‘asséner’ une vérité.  A eux de se forger une opinion en analysant les données de la littérature.

Le gaz, vecteur incontournable du mix électrique ?

par J.P. Schaeken Willemaers

Institut Thomas More, Président du pôle Énergie, Climat, Environnement

Introduction

Le gaz occupe une place de plus en plus importante dans le mix énergétique primaire, tant dans les pays membres de l’OCDE que dans les autres.

En effet, il s’agit du combustible fossile le moins polluant, relativement faible émetteur de gaz à effet de serre (GES) et dont les réserves sont abondantes et bien réparties dans le monde.

C’est la raison pour laquelle il est également accepté dans les pays qui ont adopté une politique  bas carbone. Il convient particulièrement bien, en effet, pour générer l’électricité nécessaire à la compensation de l’intermittence de la production d’électricité renouvelable, pour la production de chaleur et pour le transport routier et maritime.

Les raisons d’utilisation du gaz sont donc multiples et ne relèvent pas, tant s’en faut, seulement des considérations climatiques.

L’évolution du marché du gaz dépend d’un certain nombre de paramètres, parmi lesquels figurent la distribution et les volumes des réserves, les progrès de la technologie, la géopolitique de production, l’efficacité de cette dernière, le transport et les changements des modes de consommation, le tout subordonné aux coûts/prix ainsi qu’à l’économie et la stabilité des pays producteurs et consommateurs. Nous y reviendrons.

Suite arguments.com

 

La géologie, une science plus que passionnante … et diverse